Le Carcinome basocellulaire

Carcinome basocellulaire

Le carcinome basocellulaire : Introduction et présentation


 Le cancer baso-cellulaire fait partie des cancers de la peau les plus fréquents.
50% des individus touchés par un cancer de la peau sont en effet atteints d'un carcinome basocellulaire qu'on appelle également cancer basocellulaire. Celui-ci se manifeste la plupart du temps sur le visage, le coup et le cuir chevelu et quelques fois sur le corps.
Ce cancer part des cellules basales ( PDF ) , qui se trouvent dans la couche basale de l'épiderme (couche cutanée extérieure).

Ressemblant à première vue à de l'eczéma ou un psoriasis, le carcinome basocellulaire prend l'apparence d'un bouton, d'une plaie, d'une tâche ou d'une plaque ressemblant à une cicatrice qui se développe sur la couche basale de l'épiderme.
C'est en réalité une petite papule indolore de quelques millimètres parcourue de petits vaisseaux qui apparaît le plus souvent suite à des expositions au soleil répétées et continues. Il se diagnostique chez des individus à la peau et aux yeux clairs et chez des personnes blondes ou rousses.
Il peut également se développer chez des individus qui auraient été exposés à des radiations ioniques ou à des ultraviolets et même chez des personnes dont des brûlures, des cicatrices, ou encore un tatouage auraient entraîné des complications. Le carcinome basocellulaire doit être dépisté rapidement par un dermatologue, qui, après un examen enverra une petite quantité de tissus dans un laboratoire afin qu'une biopsie confirmant le diagnostique soit pratiquée.

Il nécessite un traitement qui passe le plus souvent par la chirurgie (excision chirurgicale, électrochirurgie, cryochirurgie, radiothérapie) pendant laquelle un chirurgien fait une lésion autour de la tumeur. Il existe aussi d'autres méthodes relativement nouvelles telles que la photothérapie dynamique, l'électrochimiothérapie, électrocoagulation, le laser C02, l'application d'azote liquide, l'application d'une crème qui module l'immunité ou la chirurgie au laser.
Les carcinomes basocellulaires qui ne sont pas traités à temps risquent de s'étendre localement et d'infiltrer les tissus voisins pouvant ainsi provoquer la perte d'un oil, d'une oreille ou du nez par exemple. Néanmoins, 80% de ces cancers disparaissent après un traitement. Les individus victimes de ce cancer doivent cependant être régulièrement surveillés par leur médecin afin de prévenir une éventuelle récidive qui apparaît dans la plupart des cas deux ans après le traitement du premier cancer.
Pour éviter ce cancer cutané, le mieux est donc d'éviter les expositions trop longues au soleil, sans crème solaire et durant les heures où le soleil est le plus intense. Les sujets à risque doivent quant à eux se rendre régulièrement chez un médecin dermatologue afin de faire examiner une quelconque lésion douteuse.